Située dans les eaux tranquilles de la lagune de Venise, face aux rives de Fondamente Nove, se trouve l’île de Murano, peuplée depuis l’an 453.  Lieu de refuge pour les habitants de la terre ferme, elle devint rapidement d’une importance déterminante pour le travail du verre. En vertu d’un décret de la République Sérénissime de 1295, tous les fours furent en effet transférés à Murano pour éviter les risques d’incendies dans le centre ville. Cette date est importante car elle marque la concentration des activités des maîtres verriers sur l’île, qui devint bientôt le berceau de superbes œuvres colorées. Les produits de l’industrie de  Murano acquirent rapidement une renommée mondiale. Au XVe siècle, Murano devint célèbre pour la production de verre soufflé avant que la fin de la République de Venise n’interrompe la production, qui n’allait reprendre qu’au XIXe siècle.

Murano n’est pas uniquement liée au verre, mais également à l’art et à l’histoire. La cathédrale Santa Maria e Donato de l’île remonterait au VIIe siècle.  Les restes de St Donat, qui a donné son nom au monument, y furent déposées après la conquête de Céphalonie en 1125. À l’intérieur de l’église, qui est la plus importante de l’île, on peut admirer un magnifique sol en mosaïque qui remonte à 1140 et de superbes fresques attribuées à l’école de Giotto. Unique en son genre, le lieu de culte comprend une abside extérieure de style vénéto-byzantin. Santa Maria degli Angeli est une autre église importante fondée au XIIe siècle. On peut y admirer des tableaux de Palma le Jeune. Plusieurs personnages importants de la Sérénissime y sont enterrés. Parmi ces derniers, il y avait le doge Sebastiano Venier, condottiere de l’armée qui battit les Turcs en 1571 durant la bataille de Lépante, dont  les restes sont aujourd’hui conservés dans la basilique San Giovanni e Paolo. Une promenade dans les ruelles de l’île mène également à l’église San Pietro Martire, dont la visite vaut le déplacement.

Share this article

Leave a comment