Palais des Doges

Imaginez avoir fait un saut en arrière dans le temps et être assis dans les salles du Grand Conseil, entouré de fresques et de tentures dorées… Vous vous trouvez dans le Palais des Doges et de la magistrature vénitienne, centre névralgique de toute l’histoire de la Sérénissime. Chef-d’œuvre du gothique, l’édifice alterne pierre d’Istrie et marbre rose et est une imposante structure stratifiée d’éléments structurels et décoratifs. L’intérieur, décoré par des artistes extraordinaires comme Titien, Véronèse, Tiepolo, Le Tintoret et Vittoria, offre des parcours de visite très étendus et surprenants, à partir des énormes salles institutionnelles jusqu’aux appartements raffinés du doge, en passant par l’armurerie et la prison et en traversant le Pont des Soupirs, pour arriver enfin dans la loggia emplie de lumière et qui offre une vue unique sur le bassin de San Marco. Après la chute de la République, dont les institutions furent abolies durant la réunion du Grand Conseil du 12 mai 1797, le palais cessa d’être le siège des Doges et des magistrats pour devenir le siège des services administratifs des empires napoléoniens et habsbourgeois. En 1807, le palais devint le siège de la Cour d’appel tandis que, en 1812, les appartements accueillirent la Bibliothèque Marciana. De nombreuses statues ont été exposées dans le Palais des Doges durant cette période. Sa destination n’a été modifiée que beaucoup plus tard, avec le déménagement de la bibliothèque vers son siège actuel en 1904 et, en 1918, avec celui du Musée d’Archéologie. La prison des Plombs est restée très longtemps en activité et est évoquée dans les œuvres de Silvio Pellico. Lors de l’annexion de Venise au Royaume d’Italie, le Palais des Doges subit des travaux de restructuration et devint un musée en 1924.

Share this article